Maldives

Hotels Maldives - Vacances Maldives - Sejour Maldives

Maldives : les top régions pour votre sejour
séjour Maldives

Maldives : vos 10 hôtels préférés


Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,8 /6
note moyenne sur 404 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,7 /6
note moyenne sur 178 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,7 /6
note moyenne sur 239 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,6 /6
note moyenne sur 1002 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,7 /6
note moyenne sur 169 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,7 /6
note moyenne sur 453 avis
état de l'hôtel
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,6 /6
note moyenne sur 1074 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,6 /6
note moyenne sur 390 avis
état de l'hôtel
à proximité de la plage
Personnel aimable
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,6 /6
note moyenne sur 1015 avis
Propreté générale
à proximité de la plage
Bonne maîtrise des langues étrangères
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

Fermer Trouver le meilleur prix avec : Cliquez sur les logos des partenaires pour ouvrir leurs offres dans une autre fenêtre Veuillez sélectionner au moins un partenaire
5,8 /6
note moyenne sur 66 avis
état de l'hôtel
à proximité de la plage
Bon déroulement lors du check-in/check-out
Hôtel seul : 9 offres »
EasyClickTravel
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / nuit
Séjour : 6 offres »
Look Voyage
1799 € » Recherche full
Recherche
224 / sem

4 990 avis sur les hôtels Maldives avec une note moyenne de 5.7 sur 6 4990 5

Maldives : je prépare mon séjour


Avant de partir

Version retravaillée par fallimann
Immigration / Visa

Les formalités d’entrées sur la terre maldivienne sont faciles. Pour un séjour n’excédant pas 30 jours, le visa est octroyé gratuitement lors de votre arrivée à l’archipel. La présentation d’un passeport valide de 6 mois minimum et du billet du retour est indispensable lors de l’acquisition du visa.

 

Vaccination
Il est conseillé de se faire vacciner contre les hépatites A et B. Pour ceux qui viennent des pays contaminés par la fièvre jaune, le vaccin contre cette maladie est exigé.

 

Règles de prudence

L’application de pommade est conseillée pour les personnes sensibles aux moustiques et aux fourmis. N’oubliez pas la crème solaire, de préférence indice 25 ou 30, ainsi que les lunettes protectrices pour se protéger du soleil. Lorsque vous vous baignez à la mer, faites attention aux coraux coupants qui peuvent vous blesser. Il est déconseillé de boire l’eau de robinet, approvisionnez-vous ...
Version retravaillée par fallimann
Immigration / Visa

Les formalités d’entrées sur la terre maldivienne sont faciles. Pour un séjour n’excédant pas 30 jours, le visa est octroyé gratuitement lors de votre arrivée à l’archipel. La présentation d’un passeport valide de 6 mois minimum et du billet du retour est indispensable lors de l’acquisition du visa.

 

Vaccination
Il est conseillé de se faire vacciner contre les hépatites A et B. Pour ceux qui viennent des pays contaminés par la fièvre jaune, le vaccin contre cette maladie est exigé.

 

Règles de prudence

L’application de pommade est conseillée pour les personnes sensibles aux moustiques et aux fourmis. N’oubliez pas la crème solaire, de préférence indice 25 ou 30, ainsi que les lunettes protectrices pour se protéger du soleil. Lorsque vous vous baignez à la mer, faites attention aux coraux coupants qui peuvent vous blesser. Il est déconseillé de boire l’eau de robinet, approvisionnez-vous en bouteilles d’eau.

 

Sécurité

L’archipel est un endroit où l’insécurité est quasi-inexistante. Vous pouvez profiter de votre séjour en toute tranquillité.

 
Climat

Situés dans une zone équatoriale, les Maldives ont un climat chaud et humide. La température varie entre 24°C et 33°C avec une précipitation annuelle de 2540 mm dans le nord contre 3810 mm dans le sud. Le climat se divise en deux saisons bien distinctes : tout d'abord la saison sèche, entre le mois de novembre et avril qui est caractérisée par la mousson du nord.  Ensuite, il y a la saison des pluies, entre le mois de mai et octobre. Elle est marquée par la mousson du sud-ouest provenant de l’Océan Indien. La période idéale pour visiter l’archipel est entre Janvier et Avril.  La période entre le mois de Juin et Août est déconseillée.

 

Décallage horaire

L’archipel est situé à GMT+5, par conséquent l’heure des Maldives est en avance de 4 h comparée à la France, s’il s’agit de l’heure d’hiver et de 3h en été.

 
Monnaie

Les monnaies étrangères telles que le dollar et l'euro ainsi que les cartes bancaires sont acceptés dans les lieux touristiques. La monnaie la plus courante est même le dollar américain. La monnaie locale, la Rufiyaa, ne peut être ni importé ni exporté, c’est la raison pour laquelle le change se fait très rare. Pour avoir une idée sur l’équivalence des monnaies, 1$= 13RF et 1RF = 0,094 €

 

Langue

La langue nationale aux Maldives est le Divehi qui est originaire de l’ancienne langue pratiquée au Sri Lanka. Étant ancien protectorat britannique, la langue anglaise est pratiquée dans presque tout l’archipel. Trouver un interlocuteur parlant français y est encore rare.

 

Réseau téléphonique
Les opérateurs téléphoniques des Maldives utilisent un réseau GSM 900 qui devrait vous permettre de rester en contact avec vos proches quel que soit votre opérateur à condition que votre réseau ait des accords de roaming avec les Maldives. Les communications par satellite y sont également courantes.




Prises électriques

La tension du courant varie de 220 à 240 volts. L’électricité est produite à tout moment mais souvent il y a des pannes électriques. Il est conseillé d’avoir un adaptateur international même si les prises françaises pourraient également fonctionner.

Informations générales

Version retravaillée par fallimann
Informations générales
Superficie : 227,45 km²
Population : 394.999 hab (2011)
Indicatif téléphonique : 00960
Numéro d’urgence : Police : 119 / Ambulance : 102 / Feu : 118

Histoire
Les autochtones des Maldives étaient autrefois des bouddhistes du sud de l’Inde et du Sri Lanka. Entouré par la mer, l’archipel était fréquenté par de nombreux marins et ses habitants étaient de bons navigateurs. Il servait de lieu d’étape pour les Indonésiens qui s’immigraient en Afrique de l’Est et Madagascar versles IVème et Vème siècle. Cette fréquentation a permis aux Maldiviens d’avoir un développement important dans tous les secteurs tels que maritime, culturel et agricole. Grâce à sa situation géographique, les Maldives étaient en contact avec les pays de l’Océan Indien et également le centre des relations commerciales entre les pays asiatiques et africains. Malgré le protectorat britannique de 1887 à 1965, les Maldives étaient un sultanat islami...
Version retravaillée par fallimann
Informations générales
Superficie : 227,45 km²
Population : 394.999 hab (2011)
Indicatif téléphonique : 00960
Numéro d’urgence : Police : 119 / Ambulance : 102 / Feu : 118

Histoire
Les autochtones des Maldives étaient autrefois des bouddhistes du sud de l’Inde et du Sri Lanka. Entouré par la mer, l’archipel était fréquenté par de nombreux marins et ses habitants étaient de bons navigateurs. Il servait de lieu d’étape pour les Indonésiens qui s’immigraient en Afrique de l’Est et Madagascar versles IVème et Vème siècle. Cette fréquentation a permis aux Maldiviens d’avoir un développement important dans tous les secteurs tels que maritime, culturel et agricole. Grâce à sa situation géographique, les Maldives étaient en contact avec les pays de l’Océan Indien et également le centre des relations commerciales entre les pays asiatiques et africains. Malgré le protectorat britannique de 1887 à 1965, les Maldives étaient un sultanat islamique indépendant de 1153 à 1968. Un essai de république a été mis en place en 1952 mais cela n’a pas empêché le sultanat de revenir en 1954. Le sultanat est encore présent pendant 3 ans après l’indépendance du 1965. Ce n’est qu’en 1968 que le pays vit le statut de république connu jusqu’à aujourd’hui.

Culture et tradition
Comme c’est un Etat musulman, la vie aux Maldives est règlementée par la charia. En raison de la ségrégation religieuse, les touristes non musulmans n’ont pas le droit de s’adresser à la population locale, sauf à Malé, la capitale. En conséquence, les Maldiviens sont fermés dans leur propre monde et ne fait pas d’échange culturel avec les touristes.Le port de tenues débraillées est déconseillé puisque cela ne correspond pas à la culture maldivienne. Les femmes doivent bien couvrir les parties de leur corps ; les maillots de bains se limitent à la plage uniquement tandis que le naturisme et monokini sont formellement interdits partout dans l’archipel et le non-respect de ce règlement résulte en de fortes amendes.

Religion
La principale religion pratiquée aux Maldives est l’Islam. Les Maldiviens sont des sunnites pratiquants et toutes autres formes de religion sont interdites dans l’archipel. Si vous apportez des objets d’autres religions, ils vont rester à la douane jusqu’à ce que vous aller prendre le vol du retour. Il semble même qu’il faut être musulman pour avoir la citoyenneté maldivenne.

Se déplacer

Version retravaillée par fallimann
Aéroports


Même s’il est possible d’y aller en bateau, l’avion reste le moyen le plus sûr pour venir à l’archipel. L’aéroport international des Maldives se trouve à Malé. Nombreuses compagnies desservent l’ archipel parmi lesquelles XL Airways France, Emirates et Qatar Airways dont le prix varie selon la saison. Arrivé à l’aéroport de Malé, il existe un large choix pour se rendre dans les îles-hôtels.




Hydravion

Pour aller dans les îles hôtels, l’hydravion est l’un des moyens qui permet de parvenir dans les autres îles constituant l’archipel. Des compagnies aériennes locales assurent cette prestation dont le prix est assez élevé. Ce type de transport est fonctionnel seulement pendant la journée et à condition que le poids du bagage de chaque passager est de 20 kg maximum.

 

Speed-boat

Le speed-boat est l’équivalence de l’hydravion en version maritime. Il permet d’arriver à destination plus rapid...
Version retravaillée par fallimann
Aéroports


Même s’il est possible d’y aller en bateau, l’avion reste le moyen le plus sûr pour venir à l’archipel. L’aéroport international des Maldives se trouve à Malé. Nombreuses compagnies desservent l’ archipel parmi lesquelles XL Airways France, Emirates et Qatar Airways dont le prix varie selon la saison. Arrivé à l’aéroport de Malé, il existe un large choix pour se rendre dans les îles-hôtels.




Hydravion

Pour aller dans les îles hôtels, l’hydravion est l’un des moyens qui permet de parvenir dans les autres îles constituant l’archipel. Des compagnies aériennes locales assurent cette prestation dont le prix est assez élevé. Ce type de transport est fonctionnel seulement pendant la journée et à condition que le poids du bagage de chaque passager est de 20 kg maximum.

 

Speed-boat

Le speed-boat est l’équivalence de l’hydravion en version maritime. Il permet d’arriver à destination plus rapidement mais son tarif est également très élevé.

 

Dhoni

Il est le moyen de transport maritime traditionnel de l’archipel, il est le plus économique, abordable à tous. Pendant la journée, une navette s’effectue tous les quarts d’heures tandis qu’après minuit, elle a lieu toutes les 30 minutes.

 

Le taxi et le vélo

Ce sont les deux moyens de transport par voie terrestre des Maldives, surtout dans la capitale. Le vélo est le plus utilisé et sa location est courante dans l’archipel.

Vivre & découvrir

Version retravaillée par fallimann
Événements

Comme les Maldives sont un État musulman, les événements les plus importants du pays sont les festivals d’Aïd. Il en existe deux dont l’un se célèbre après le pèlerinage à La Mecque et l’autre à la fin du Ramadan. Ces événements sont marqués par la prière, le port de vêtements neufs, une ambiance festive telle que la musique,les défilés dans les rues. Chaque île a sa manière de célébrer le festival. Outre les événements religieux, les Maldives célèbrent également la journée nationale ainsi que le jour de la République qui sont honorés par des parades et par différents événements spéciaux dans les rues.

 

Gastronomie


Le repas maldivien est principalement à base du riz et de poisson. Les poissons sont préparés avec du curry et piment. La noix de coco est un aliment très répandu dans le pays, c’est le fruit le plus consommé. Étant mûre, ses chairs serventde dessert tandis que lorsqu’elle est très mûre, s...
Version retravaillée par fallimann
Événements

Comme les Maldives sont un État musulman, les événements les plus importants du pays sont les festivals d’Aïd. Il en existe deux dont l’un se célèbre après le pèlerinage à La Mecque et l’autre à la fin du Ramadan. Ces événements sont marqués par la prière, le port de vêtements neufs, une ambiance festive telle que la musique,les défilés dans les rues. Chaque île a sa manière de célébrer le festival. Outre les événements religieux, les Maldives célèbrent également la journée nationale ainsi que le jour de la République qui sont honorés par des parades et par différents événements spéciaux dans les rues.

 

Gastronomie


Le repas maldivien est principalement à base du riz et de poisson. Les poissons sont préparés avec du curry et piment. La noix de coco est un aliment très répandu dans le pays, c’est le fruit le plus consommé. Étant mûre, ses chairs serventde dessert tandis que lorsqu’elle est très mûre, ses chairs sont cuisinées avec le poisson et le riz. Concernant les boissons, c’est un pays consommateur de thé, il en existe plusieurs types dans les tea-shops. Pour les Maldiviens, le thé signifie thé très sucré avec beaucoup de lait mais le simple thé s’appelle black tea. Pour les boissons rafraîchissantes, il y a les jus de noix de coco encore jeune et le raa qui est un jus de palme.

 

Activités et curiosités

Les Maldives offrent de nombreux sites intéressants à ses visiteurs. La visite de la capitale Malé est à conseiller où vous découvrirez le quotidien des Maldiviens accompagné des scènes typiques du pays. Durant la visite, ne manquez pas le palais présidentiel ainsi que le centre islamique pour apprécier les œuvres architecturales du pays. Le parc du sultan est aussi un endroit agréable pour ceux qui recherchent la tranquillité, il renferme le musée national qui retrace l’histoire locale des Maldives. L’île Bandos est un constituant de l’archipel qui renferme des richesses sous-marines, l’endroit idéal pour ceux qui veulent découvrir la beauté sous-marine maldivienne. Les activités que vous pouvez faire aux Maldives sont : visites des îles, excursions, baignade, surf, plongée, ou tout simplement un séjour de farniente.

Maldives: guide de voyage

Maldives

De nos jours, le nom seul des Maldives semble en mesure d’évoquer un état insulaire extraordinairement pittoresque, encore parfaitement intact et donc synonyme d’un idéal de vacances de rêve, loin de tout conditionnement et du stress que peuvent produire les rythmes convulsifs de la civilisation moderne. Et il suffit de jeter un coup d’oeil aux dépliants des agences de voyages, ou mieux aux photos et aux films des heureux mortels qui ont pu vivre de telles vacances, pour comprendre que cette renommée est pleinement justifiée.
S’agissant d’îles, qui plus est tropicales, l’image des Maldives qui même sans l’aide de documents vient à l’esprit est celle de grandes plages de sable blanc bordées de hauts palmiers élancés se reflétant dans des eaux extraordinairement chaudes, limpides et tranquilles; le bleu cristallin de la mer se confond à l’horizon avec celui du ciel, tandis qu’à l’absence presque totale d’êtres humains sur le rivage (combien nos plages surpeuplées semblent loin) s’oppose une véritable explosion de couleurs et de présences végétales et animales sur les fonds marins, peuplés d’une fantasmagorie d’algues, de coraux, de mollusques et d’autres formes de vie aquatique. A la différence d’autres itinéraires, aussi artificiels que touristiques et qui dans la réalité s’avèrent être une fallacieuse tromperie, les Maldives ne déçoivent pas l’attente des visiteurs et correspondent pleinement au tableau en apparence idyllique et féerique que nous venons de tracer.
Plus encore que dans tous nos rêves, la mer reste la caractéristique dominante du paysage, et ce surtout en raison des petites dimensions des îles de l’archipel; aucune localité des Maldives ne se trouve en effet à plus de quelques kilomètres de la mer, y compris sur ce que l’on pourrait appeler les îles principales. Il faut ajouter à cela que dans cet univers de récifs et de petites îles qui constituent les différents atolls, aucun relief collinaire ou hauteur ne limite le moins du monde la vue.

L’histoire

L’on comprend également l’importance de la mer lorsque l’on regarde une carte géographique, ou mieux encore un planisphère: les Maldives se trouvent en effet dans la partie centrale de l’océan Indien, à plusieurs centaines de kilomètres de la côte la plus proche (l’Inde): dans la grande subdivision entre îles continentales et îles océaniques, elles prennent par conséquent place de droit dans cette seconde catégorie. Malgré leur caractère insulaire dominant, les Maldives n’ont presque jamais souffert d’un isolement excessif, car elles se trouvent sur les principales voies de communication entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient d’un côté, le subcontinent indien, l’Extrême-Orient et l’Australie de l’autre. Les premiers témoignages d’habitats remontent aux IV-Ve s. av. J.-C., mais différentes légendes et théories scientifiques, en partie appuyées par des vestiges archéologiques, avancent l’hypothèse que les îles pourraient avoir été habitées un ... Lire la suite
Maldives

De nos jours, le nom seul des Maldives semble en mesure d’évoquer un état insulaire extraordinairement pittoresque, encore parfaitement intact et donc synonyme d’un idéal de vacances de rêve, loin de tout conditionnement et du stress que peuvent produire les rythmes convulsifs de la civilisation moderne. Et il suffit de jeter un coup d’oeil aux dépliants des agences de voyages, ou mieux aux photos et aux films des heureux mortels qui ont pu vivre de telles vacances, pour comprendre que cette renommée est pleinement justifiée.
S’agissant d’îles, qui plus est tropicales, l’image des Maldives qui même sans l’aide de documents vient à l’esprit est celle de grandes plages de sable blanc bordées de hauts palmiers élancés se reflétant dans des eaux extraordinairement chaudes, limpides et tranquilles; le bleu cristallin de la mer se confond à l’horizon avec celui du ciel, tandis qu’à l’absence presque totale d’êtres humains sur le rivage (combien nos plages surpeuplées semblent loin) s’oppose une véritable explosion de couleurs et de présences végétales et animales sur les fonds marins, peuplés d’une fantasmagorie d’algues, de coraux, de mollusques et d’autres formes de vie aquatique. A la différence d’autres itinéraires, aussi artificiels que touristiques et qui dans la réalité s’avèrent être une fallacieuse tromperie, les Maldives ne déçoivent pas l’attente des visiteurs et correspondent pleinement au tableau en apparence idyllique et féerique que nous venons de tracer.
Plus encore que dans tous nos rêves, la mer reste la caractéristique dominante du paysage, et ce surtout en raison des petites dimensions des îles de l’archipel; aucune localité des Maldives ne se trouve en effet à plus de quelques kilomètres de la mer, y compris sur ce que l’on pourrait appeler les îles principales. Il faut ajouter à cela que dans cet univers de récifs et de petites îles qui constituent les différents atolls, aucun relief collinaire ou hauteur ne limite le moins du monde la vue.

L’histoire

L’on comprend également l’importance de la mer lorsque l’on regarde une carte géographique, ou mieux encore un planisphère: les Maldives se trouvent en effet dans la partie centrale de l’océan Indien, à plusieurs centaines de kilomètres de la côte la plus proche (l’Inde): dans la grande subdivision entre îles continentales et îles océaniques, elles prennent par conséquent place de droit dans cette seconde catégorie. Malgré leur caractère insulaire dominant, les Maldives n’ont presque jamais souffert d’un isolement excessif, car elles se trouvent sur les principales voies de communication entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient d’un côté, le subcontinent indien, l’Extrême-Orient et l’Australie de l’autre. Les premiers témoignages d’habitats remontent aux IV-Ve s. av. J.-C., mais différentes légendes et théories scientifiques, en partie appuyées par des vestiges archéologiques, avancent l’hypothèse que les îles pourraient avoir été habitées un millénaire plus tôt. L’on trouve des témoignages écrits dignes de foi ayant trait à ces îles, laissés au IVe s. ap. J.-C. par Pappus d’Alexandrie et Scholastique de Thèbes, et au VIe s. ap. J.-C. par un autre Alexandrin, Cosme Indicopleuste.
Les premiers colonisateurs de ces îles provenaient presque certainement de l’actuel Sri Lanka ou de l’Inde méridionale et étaient probablement de souche aryenne; c’était également là la race du mythique Koimala qui, ayant débarqué sur les îles, fut proclamé roi par les indigènes. Depuis des époques fort reculées la religion des îles était le bouddhisme, comme en témoignent plusieurs vestiges de temples et de pagodes, par exemple ceux de l’atoll d’Ari. C’est en 1153 que la population fut convertie à la religion islamique par l’un des nombreux marchands arabes qui parcouraient la route entre le Levant et l’Inde, le berbère Abou al-Bakarat. Celui-ci osa défier l’un des terribles démons marins idolâtrés sur ces îles (Jinis), empêchant par sa prière que fût sacrifiée une vierge pour apaiser les foudres du monstre. La population, enthousiasmée par son geste, se convertit alors à l’islam et son chef devint le premier sultan des Maldives. La modeste tombe du marchand arabe (Medu Ziyaarath), à l’intérieur du jardin présidentiel de Malé, est vénérée aujourd’hui encore.
Trois grandes dynasties se succédèrent sur le trône de l’archipel jusqu’à l’arrivée des Portugais, lesquels en 1558 réussirent à conquérir les îles sous la direction du capitaine Andreas Andre (en langue maldive Andhiri Andhirin) et à tuer le sultan Alì le Martyr. L’occupation portugaise, particulièrement dure et violente, provoqua plusieurs tentatives de rébellion qui réussirent enfin grâce aux héroïques hauts-faits des trois frères Thakurufaan; tandis que l’aîné fut capturé et mis à mort, les deux autres mirent en œuvre une sorte de guérilla qui contraignit les envahisseurs à se rendre, et Mohammed Thakurufaan fut couronné sultan. Les Maldives continuaient cependant à faire l’objet des visées des puissances étrangères: après de nouvelles tentatives de débarquement des Portugais, les îles furent à plusieurs reprises saccagées par les pirates Moplas, dont les bases se trouvaient sur les côtes indiennes du Malabar. L’héroïsme de certains chefs (dont Ibrahim Iskandar Ier, auquel l’on doit la construction de plusieurs minarets et de la mosquée de Malé, et Ghazee Hassan Izzudhdheen) permit de chasser à nouveau les envahisseurs, mais à la fin les sultans de l’ archipel crurent bon de se placer sous la protection tout d’abord des Français, puis des Hollandais de Ceylan, enfin des Anglais qui avaient pris possession de la grande île voisine; quoi qu’il en soit, dès 1887, puis en 1948, les Anglais reconnurent aux Maldives leur pleine indépendance, tout en se chargeant de leur défense en échange de bénéfices substantiels et de la concession d’une base aéronavale dans l’île d’Addu. A une époque plus récente, les événements les plus significatifs pour les îles ont été l’accord avec la Grande-Bretagne pour l’indépendance totale (signé en 1965), l’ admission aux Nations-Unies quelques mois plus tard, la transformation du sultanat en une république présidentielle (1968), enfin la fin de la présence anglaise dans la base aéronavale de Gan en 1976.
Actuellement les Maldives sont donc une république présidentielle, avec un parlement doté de pouvoirs législatifs (Majlis) qui reste en charge cinq années durant et est élu territorialement par les 19 atolls constituant les unités administratives de base. La population s’élève à environ 270.000 habitants, dont un quart vit à Malé, la capitale. Ils sont en grande partie d’origine cinghalaise, bien que leurs traits somatiques se soient considérablement estompés au cours de siècles de contact avec le monde arabe et africain. Leur principale caractéristique est leur taille plutôt basse qui permet de les distinguer aisément des Indiens, immigrés plus récemment. Sous l’angle psychologique et sociologique, ils témoignent d’un caractère assez simple et pacifique, et leur humeur est dans l’ ensemble agréable, sans grande agressivité: avec une pointe d’ironie et quelque malice l’on pourrait peut-être expliquer cette prédisposition naturelle à l’optimisme et à la gaieté par l’habitude assez diffusée dans les Maldives d’interrompre légalement, le plus facilement du monde, les rapports conjugaux, mettant ainsi un terme aux querelles et aux préoccupations. En raison de l’extrême simplicité de l’action légale (il suffit de dire trois fois en succession rapide “Je divorce de toi” devant un officier d’état-civil, dit gazi, qui stipulera l’acte), la fréquence des divorces est réellement impressionnante, au point que certains habitants en arrivent à accomplir un tel acte jusqu’à vingt fois au cours de leur vie. En dépit de cela, les insulaires sont somme tout des romantiques, comme en témoigne le grand amour qu’il portent à la musique et à la poésie: chœurs, danses, ballades, vers et prose, autant de manifestations artistiques et poétiques qui exaltent principalement l’amour de la nature et son harmonie profonde et trouvent aussi un instrument d’expression dans le langage tant parlé qu’écrit. La langue parlée (divehi) dérive en effet de l’ introduction de termes arabes, indiens et anglais dans le primitif langage sinhala (cinghalais), et son vocabulaire est donc aussi riche qu’expressif. La langue écrite (thaana) fut introduite au XVIe siècle par le mythique Thakurufaan et comprend 24 lettres, graphiquement semblables à celles de l’alphabet arabe et persan mais somme toute plus simples: son évidente origine arabe transparaît également clairement dans le fait qu’elle se lit de droite à gauche.

La nature

Le bref aperçu historique qui a précédé et en particulier le résumé des événements belliqueux donnent une idée de la grande importance stratégique des Maldives; à une époque fort récente, elles ont même été définies comme “le porte-avions de l’océan Indien” et ont suscité les convoitises des principales puissances mondiales (Grande-Bretagne, États-Unis, Union Soviétique, Chine). De ce point de vue leur capacité de conserver une relative autonomie politique et administrative est réellement extraordinaire si l’on considère l’énorme dispersion de l’archipel et l’exceptionnel nombre d’îles qui le composent. L’on parle en effet de 1.192 îles officiellement recensées (dont à peine plus de 200 habitées en permanence), mais leur nombre monte à 2.000 si l’on considère aussi les récifs mineurs. Les dimensions de chaque île sont généralement fort petites, comme l’indique la surface globale de l’archipel, à peine 298 km2 de territoire, plus ou moins l’équivalent de l’archipel toscan.
Cette myriade de récifs et d’îlots est par ailleurs disséminée sur une superficie extrêmement vaste (presque 90.000 km2) s’étendant sur plus de 800 kilomètres dans le sens latitudinal et 130 kilomètres dans le sens longitudinal, donnant lieu à un long axe insulaire disposé dans le sens nord-sud; le terme même de “Maldives”, bien que son interprétation fasse l’objet de controverses, semble se référer précisément à la disposition géomorphologique de l’archipel ou au nombre extrêmement élevé d’îles qui le compose; il viendrait du sanskrit malodheep (guirlande) ou mal dvipa (mille îles).
L’extraordinaire disposition des îles et leur nombre véritablement impressionnant sont directement liés à l’origine même de l’archipel, dans une grande mesure due à l’action des polypes corallifères. Il s’agit en effet de véritables bancs et récifs de corail, qui pour la plupart se sont développés selon la caractéristique structure en atoll: et ce terme, qui désigne une typique disposition en anneau de la ligne côtière, dérive lui aussi d’un mot d’origine maldivienne (atholhu). Dans les Maldives, presque toutes les terres émergées sont en effet disposées en guirlande autour de 26 atolls principaux qui constituent l’archipel et délimitent des lagons intérieurs, aux eaux merveilleusement calmes et cristallines: la température de l’eau, généralement supérieure à celle de l’océan qui entoure l’archipel (grâce au fort ensoleillement des eaux basses des lagons), favorise la présence d’une flore et d’une faune sous-marines aussi nombreuses que luxuriantes.
L’on a beaucoup écrit à propos des origines de l’atoll, mais la théorie la plus suivie reste celle du grand naturaliste et géographe Charles Darwin, qui pressentit que la disposition en anneau des bancs madréporiques était probablement imputable à la submersion graduelle d’une île existant précédemment, souvent d’origine volcanique, du fait de l’affaissement de celle-ci ou de la montée du niveau de la mer due à la phase interglaciaire actuelle. Le développement des colonies coralliennes peut en effet se produire uniquement à faible profondeur, où la présence d’oxygène dissous et de lumière solaire est plus grande et où les polypes doivent élever progressivement leurs constructions le long de l’ancien périmètre de l’île engloutie. Contrairement à ce que l’on croit, les colonies de polypes ne fournissent cependant que la structure des barrières coralliennes, tandis qu’une grande partie du calcaire organogène qui les compose (environ 90%) provient d’autres organismes marins tels que les algues ou les mollusques qui trouvent refuge dans les anfractuosités du récif. Les mouvements de la mer et le vent peuvent en outre déposer de grandes quantités de détritus sur les bancs madréporiques engloutis, au point de faire réaffleurer leur surface et de favoriser le développement sur la surface d’un début de végétation. Ces sables, qui sont eux aussi d’origine organique, sont généralement extrêmement blancs et vont se disposer au bord des lagons, donnant lieu à ces magnifiques plages qui sont une caractéristique des îles madréporiques. Dans la plupart des cas, l’anneau calcaire qui constitue l’atoll présente des interruptions qui rendent la côte encore plus pittoresque et permettent aux embarcations et aux poissons de haute mer de pénétrer dans les lagons intérieurs.
Cette origine géomorphologique particulière, l’absence de reliefs les abritant du vent et leur position au beau milieu de l’océan exposent les Maldives au risque que représentent les ouragans et les cyclones, fréquents dans d’autres régions subéquatoriales et tropicales. Ce risque n’est cependant qu’apparent car le climat est conditionné par la présence de vents de mousson qui soufflent périodiquement vers le continent ou en sens opposé. En hiver c’est la mousson de terre, sèche et relativement fraîche, qui domine, venant du nord-est et apportant le beau temps de décembre à avril; en été fait en revanche son apparition la mousson de mer, chargée d’humidité formée par l’évaporation de l’océan, qui souffle depuis le sud-ouest et apporte pluies et perturbations de mai à octobre. L’absence de reliefs, lesquels auraient obligé les masses nuageuses en voyage vers le continent indien à se soulever et à déverser brusquement leur chargement d’eau, limite la quantité des pluies (environ 2.000 mm par an) et surtout leur intensité. C’est pourquoi, même à l’époque la plus humide, les pluies n’ont pas la violence dévastrice avec laquelle elles frappent en revanche les côtes peu éloignées du Bengale, de Malabar et de Coromandel. Les tempêtes, qui se produisent surtout au changement de saison lié à l’inversion des moussons, sont en outre contrôlées par la défense naturelle que constituent les barrières coralliennes, lesquelles limitent la force des vagues dans les lagons intérieurs.
Dans l’ensemble l’on peut définir le climat des Maldives comme chaud et humide, avec des températures oscillant en moyenne entre 26° et 33 °C: la chaleur est toutefois tempérée par la présence constante de légères brises marines qui rendent donc extrêmement agréables les séjours touristiques. On peut en dire autant de l’eau de mer qui à ses qualités de transparence et de couleurs joint une température qui ne descend jamais au-dessous de 24 °C et permet donc l’existence d’une florissante vie sous-marine.
Bien que les températures de l’air et de l’eau se maintiennent assez élevées tout au long de l’année, les îles coralliennes qui composent l’archipel des Maldives ne présentent une végétation luxuriante qu’en certains endroits: la rareté du sol végétal et l’absence d’eau douce superficielle (lacs et fleuves) et souterraine (sources), jointes à la faible dimension des îles (dont la plupart mesure moins d’un km2) et à la nature même des bancs coralliens des îles, limitent fortement la croissance de plantes spectaculaires, si l’on fait exception des magnifiques cocotiers qui bordent les lagons, des mangroves et de quelques zones de forêt pluviale (qui produisent des bois précieux).

L’economie

Les surfaces cultivables ne sont elles non plus guère étendues, au point qu’elles ne parviennent pas à subvenir aux besoins alimentaires des habitants: pour cette raison, et aussi pour satisfaire la forte demande de denrées liée aux activités touristiques, de grandes quantités de produits agricoles, en particulier du riz, sont importées de l’étranger. Malgré cela, l’on trouve de petites plantations subvenant aux besoins locaux de chaque île habitée de façon permanente, où sont cultivés des céréales (en particulier du millet, du maïs et du sorgho), des plantes à racine tubérisée (manioc, patates ou patates douces) et des arbres à fruits amylacés (arbre à pain), des légumes (en particulier des oignons et des poivrons) et des fruits (bananes, mangues, papayes, ananas et autres fruits tropicaux en grande partie destinés aux tables des touristes). Mais la principale ressource des Maldives reste aujourd’hui encore le cocotier, probablement originaire de ces îles, qui continue à se reproduire spontanément par la chute de ses fruits. Et n’oublions pas que le cocotier figure dans l’emblème national des Maldives et qu’il est explicitement nommé “dhivehi ruh”, c’est-à-dire le palmier des Maldives. L’importance économique et culturelle du cocotier va du reste bien au-delà de la simple production de fruits (qui sont également exportés), et caractérise le genre de vie traditionnel des insulaires; en un mot, pour les habitants des Maldives, le cocotier a un importance comparable à celle que peuvent avoir les bisons pour les Peaux-Rouges des grandes plaines américaines ou les rennes pour les Lapons. Les cocotiers fournissent en effet une partie de la nourriture, l’huile et le coprah ou amande de coco, le bois pour les maisons et les embarcations, les feuilles pour la réalisation de nattes et de couvertures végétales, les fibres pour les cordes, et même une forte boisson non-alcoolisée, le “toddy”: c’est ce qui explique que de nos jours le montant du loyer d’une île est encore calculé en fonction du nombre des cocotiers qui s’y trouvent.
Mais des siècles durant la principale activité économique des Maldives a été la pêche, laquelle n’a que récemment reculé devant le développement du tourisme. L’ensemble de l’océan Indien abrite plus de 700 sortes de poissons, dont la plupart se trouvent dans les eaux des Maldives, véritable aquarium naturel: des milliers d’organismes marins aux extraordinaires couleurs, de toutes formes et de toutes dimensions, peuplent les eaux de l’archipel, donnant l’impression d’un véritable paradis englouti. Une telle abondance de poissons, favorisée par des eaux relativement chaudes, peu profondes et bien oxygénées par les courants, a été pendant des siècles exploitée au maximum par les habitants, qui ont axé leur économie et leur mode de vie sur la pêche. Aujourd’hui encore, un cinquième de la main-d’œuvre de l’île travaille dans le secteur de la pêche, et celle-ci fournit un sixième du produit national brut. Depuis des temps reculés le produit de la pêche, après avoir été fumé ou séché au soleil, était exporté, sous le nom de “poisson des Maldives”, vers les côtes de l’Inde et vers ce qui est à présent le Sri Lanka. Aux parties de pêche participent encore les classiques embarcations creusées dans le bois de cocotier, dites dhoni, transportant 8-10 pêcheurs sous la direction d’un chef de barque (keolu). En particulier au lever et au coucher du soleil, la mer des Maldives est sillonnée de dizaines de petits bateaux à voile ou à rames qui rendent encore plus pittoresque le panorama côtier. Les techniques de pêche les plus utilisées sont encore les méthodes traditionnelles (ligne et petits filets), bien que le gouvernement ne cherche à moderniser tant les systèmes de production que les moyens employés. Pour éviter la concurrence des états voisins et des pays technologiquement plus avancés, en particulier le Japon, les eaux territoriales ont été étendues par une disposition unilatérale à 200 milles de la côte: cette drastique mesure de sauvegarde du grand patrimoine de poissons et de bancs de pêche de l’archipel est allée de pair avec la réalisation d’établissements modernes de conservation du poisson, à présent exporté, surtout salé, congelé et en boîte, vers les pays d’Extrême-Orient (Japon, Corée, Singapour) et l’Europe. Du point de vue économique, les meilleures prises sont celles de maquereaux et surtout de “bonites”, une espèce de petit thon qui, une fois fumé et salé, non seulement constitue un aliment nourrissant et savoureux, mais, à en croire les insulaires, possède de grands pouvoirs fortifiants et stimulants, au point de donner une exceptionnelle vigueur physique à ceux qui en mangent.
Au moins jusqu’au XVIe siècle, la mer des Maldives a fourni une autre ressource fondamentale du point de vue économique, à savoir les splendides coquillages de la variété Cyprea moneta qui pendant des siècles, comme leur nom l’indique, ont constitué la principale monnaie d’échange le long des côtes asiatiques et africaines de l’océan Indien: depuis longtemps la monnaie officielle est devenue la roupie, mais les coquillages qui ont fait connaître les Maldives comme les anciennes “îles de l’argent” sont encore pêchés par les indigènes qui en font des colliers ou des souvenirs.
Pour ce qui est des activités économiques, on remarquera que dans le secteur secondaire les industries de type moderne ont parfois remplacé d’anciens artisanats traditionnels, par exemple dans le domaine de la construction d’embarcations de plaisance en fibre de verre et dans celui de la conservation du poisson: mais de nombreuses formes de travail artisanal subsistent, comme la production de cordages, d’objets et d’ustensiles en bois et en métal, de barques de pêche en bois de cocotier et même la construction des maisons, réalisées en bois de palmier sur des fondations de blocs de calcaire extraits à la hache des récifs coralliens. L’artisanat typique local, dans lequel travaillent surtout les femmes, est en grande mesure axé vers le tourisme et consiste en colliers de corail, de nacre et de coquillages, en objets de bois laqué, en tapis et en nattes de fibre de coco, en broderies et en arabesques.
Actuellement la principale source de revenu est le tourisme, qui amène annuellement 200.000 visiteurs environ, pour la plupart logés dans près de soixante-dix établissements hôteliers disséminés sur les différentes îles: pour éviter de trop grandes conséquences pour l’environnement et limiter la construction d’établissements trop modernes et élitaires (clubs, résidences etc), le gouvernement impose de très sévères impôts sur leur réalisation dans les îles non habitées en permanence.
Il faut souligner que la découverte et la mise en valeur touristique des trésors naturels des Maldives a été dans une large mesure le fait des Italiens. Aujourd’hui encore, les touristes italiens représentent un cinquième du tourisme, précédés seulement par les Allemands qui en constituent presqu’un quart; quoiqu’il en soit, les touristes européens sont de loin les plus nombreux.
Outre un milieu naturel d’une exceptionnelle beauté et des établissements d’un niveau remarquable, ils peuvent en effet compter sur un riche calendrier de manifestations culturelles et folkloriques, pour la plupart issues de la tradition islamique ou de croyances tribales précédentes, de type animiste. Par exemple, les habitants craignent encore fort les démons et les monstres, qu’ils font exorciser par des sorciers dits hakeem au moyen de rites, d’antidotes et de potions. La société des Maldives est toutefois imprégnée d’une culture musulmane de type sunnite, fortement présente tant dans les écoles que dans les activités religieuses et politiques et les pratiques de la vie quotidienne: la constitution elle-même définit la République des Maldives d’islamique, et sur le drapeau national figure clairement une demi- lune blanche sur champ vert bordé de rouge. Et, en sa qualité de religion d’état, l’islam joue dans les Maldives un rôle fondamental et totalitaire, bien que de manière libérale et tolérante: nul ne met en discussion les prières quotidiennes, la célébration du Ramadan et la loi coranique, mais les femmes sont par exemple exemptées du port du voile.
Sous un aspect strictement folklorique, les danses populaires en costume ont vraiment un charme extraordinaire, accompagnées de musique traditionnelle exécutée avec des instruments à percussion, comme dans le “bodu beru”, le “thaara”, le “bandiyaa jehun” ou le “kadhaa maali”.

Fermer

// EULERIAN // TEDEMIS

 
International

Si vous envisagez de partir en voyage en Maldives, n'hésitez pas à rechercher des hôtels Maldives sur HolidayCheck, afin de bien préparer vos vacances en Maldives.


© 1999 - 2014, tout droit réservé.
Country index
"Holidaycheck.fr utilise des cookies.Cliquez ici pour plus d'informations et pour savoir comment changer vos paramètres. En utilisant notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l'utilisation des cookies sur Holidaycheck.fr