Autre Turquie

0 Hôtels Autre Turquie

Offres Popularité Prix
Classer selon

Pas de résultat pour cette requête. Réinitialiser tous mes critères.

Autre Turquie : je prépare mon séjour


Avant de partir

Aucune contribution n'a été envoyée jusqu'à présent pour Autre Turquie. Partagez avec d'autres voyageurs toutes les informations dont vous disposez pour cette région et jouez le rôle du "guide touristique"!

Informations générales

Aucune contribution n'a été envoyée jusqu'à présent pour Autre Turquie. Partagez avec d'autres voyageurs toutes les informations dont vous disposez pour cette région et jouez le rôle du "guide touristique"!

Se déplacer

Aucune contribution n'a été envoyée jusqu'à présent pour Autre Turquie. Partagez avec d'autres voyageurs toutes les informations dont vous disposez pour cette région et jouez le rôle du "guide touristique"!

Vivre & découvrir

Aucune contribution n'a été envoyée jusqu'à présent pour Autre Turquie. Partagez avec d'autres voyageurs toutes les informations dont vous disposez pour cette région et jouez le rôle du "guide touristique"!

Autre Turquie: guide de voyage

Cappadoce

La Cappadoce est une des zones les plus singulières du monde pour ce qui est de l’aspect morphologique de son territoire. La région se présente en effet comme une succession de formations étranges, de décors différents et parfois féeriques, lunaires et presques oniriques. C’est la main lente mais inexorable de l’érosion qui a modelé ces merveilles au cours des millénaires; plus tard l’homme est intervenu et a exploité la formation et les qualités géologiques des terrains pour réaliser d’autres monuments singuliers et suggestifs. L’histoire de ce décor a commencé il y a 60 millions d’années quand sous la poussée d’un plissement de la croûte terrestre se dressa la chaîne du Taurus. Dans toute cette région, les mouvements de terrain s’accompagnaient d’une activité éruptive; des cratères des volcans de l’époque il ne reste que quelques témoignages mais ils sont de taille: le mont Ercyias, qui atteint actuellement 3917 m, l’Hasan-Dağ avec ses 3263 m et le Gölludağ, moins élevé. On attribue encore à ces volcans une activité potentielle bien qu’on ne conserve la mémoire d’aucune éruption depuis la fin de la préhistoire; les documents artistiques (préhistoriques ou d’époque romaine) semblent illustrer des éruptions dont survivait seulement un souvenir légendaire. Comme toute activité volcanique celle qui accompagna la formation du Taurus provoqua une dispersion énorme de cendres, de lapilli et de lave. Déposés sur le terrain dans cet ordre, de bas en haut, ces matériaux furent cimentés par les sédiments géologiques des ères successives et formèrent un plateau calcaire. Mais le processus d’érosion, dû à l’action des vents, des glaciers et des eaux déchiqueta la croûte superficielle et creusa des fentes et de profonds sillons dans le terrain. La variété des roches, comptées ordinairement au nombre des tufs et des basaltes mais d’un degré de dureté fort différent, fut la cause des diversifications résultant de l’érosion: dans les tufs tendres, exposés directement en surface, s’ouvrirent des crevasses profondes où les vents purent modeler des formes courbes avec des dénivellations sensibles; dans les basaltes aux couleurs sombres, les eaux ont au contraire produit des fissures où la glace s’est insinuée en les approfondissant, jusqu’à creuser des fentes verticales traversant les basaltes des couches supérieures et le tuf placé au-dessus. L’ activité progressive des eaux et des vents a transformé peu à peu le plateau rocheux en un amas d’aiguilles proches les unes des autres, couvertes de plaques plus consistantes; au cours des siècles les aiguilles se sont détachées (certaines ont disparu) et ont pris l’aspect de cônes, celui qui est encore le leur, par exemple à Zelve, dans la zone dite des “Cheminées des fées”. Parfois l’érosion a détruit complètement les basaltes, réduisant les tufs à une série de dos-d’âne en voie de disparition. La présence du Kizil-Irmak, le fleuve le plus long de la Turquie, est liée dans cette région à celle de ... Lire la suite
Cappadoce

La Cappadoce est une des zones les plus singulières du monde pour ce qui est de l’aspect morphologique de son territoire. La région se présente en effet comme une succession de formations étranges, de décors différents et parfois féeriques, lunaires et presques oniriques. C’est la main lente mais inexorable de l’érosion qui a modelé ces merveilles au cours des millénaires; plus tard l’homme est intervenu et a exploité la formation et les qualités géologiques des terrains pour réaliser d’autres monuments singuliers et suggestifs. L’histoire de ce décor a commencé il y a 60 millions d’années quand sous la poussée d’un plissement de la croûte terrestre se dressa la chaîne du Taurus. Dans toute cette région, les mouvements de terrain s’accompagnaient d’une activité éruptive; des cratères des volcans de l’époque il ne reste que quelques témoignages mais ils sont de taille: le mont Ercyias, qui atteint actuellement 3917 m, l’Hasan-Dağ avec ses 3263 m et le Gölludağ, moins élevé. On attribue encore à ces volcans une activité potentielle bien qu’on ne conserve la mémoire d’aucune éruption depuis la fin de la préhistoire; les documents artistiques (préhistoriques ou d’époque romaine) semblent illustrer des éruptions dont survivait seulement un souvenir légendaire. Comme toute activité volcanique celle qui accompagna la formation du Taurus provoqua une dispersion énorme de cendres, de lapilli et de lave. Déposés sur le terrain dans cet ordre, de bas en haut, ces matériaux furent cimentés par les sédiments géologiques des ères successives et formèrent un plateau calcaire. Mais le processus d’érosion, dû à l’action des vents, des glaciers et des eaux déchiqueta la croûte superficielle et creusa des fentes et de profonds sillons dans le terrain. La variété des roches, comptées ordinairement au nombre des tufs et des basaltes mais d’un degré de dureté fort différent, fut la cause des diversifications résultant de l’érosion: dans les tufs tendres, exposés directement en surface, s’ouvrirent des crevasses profondes où les vents purent modeler des formes courbes avec des dénivellations sensibles; dans les basaltes aux couleurs sombres, les eaux ont au contraire produit des fissures où la glace s’est insinuée en les approfondissant, jusqu’à creuser des fentes verticales traversant les basaltes des couches supérieures et le tuf placé au-dessus. L’ activité progressive des eaux et des vents a transformé peu à peu le plateau rocheux en un amas d’aiguilles proches les unes des autres, couvertes de plaques plus consistantes; au cours des siècles les aiguilles se sont détachées (certaines ont disparu) et ont pris l’aspect de cônes, celui qui est encore le leur, par exemple à Zelve, dans la zone dite des “Cheminées des fées”. Parfois l’érosion a détruit complètement les basaltes, réduisant les tufs à une série de dos-d’âne en voie de disparition. La présence du Kizil-Irmak, le fleuve le plus long de la Turquie, est liée dans cette région à celle de ses affluents, ruisseaux formés en partie par la fonte des neiges dans les hautes montagnes. La portée de ces petits cours d’eau, fort réduite actuellement, était anciennement bien plus importante; leur action sur le terrain est à l’origine d’un spectacle singulier, celui des fentes profondes et inattendues du plateau d’Anatolie, comme dans la “Vallée des blancs des neiges” et dans la merveilleuse vallée d’Ihlara, véritable jardin riche en eaux au fond d’une zone aride. Depuis toujours ces formations géologiques si étranges ont impressionné l’homme qui les a peuplées de mythes et de légendes, les choisissant même parfois comme demeure. C’est ici que s’installèrent les peuples de l’âge néolithique. Au VIIIe et au VIIe millénaires av. J.-C. ils habitaient à Hacilar et à Catalhöyük où l’on a trouvé les peintures les plus anciennes de la région dont certaines reproduisent le volcan Erciyas. Au moment du passage de l’âge du cuivre (VIe millénaire) à l’âge du bronze, la région prit un aspect ethnique et culturel particulier, jusqu’à la formation de la civilisation de Hatti, au IIIe millénaire av. J.-C. La capitale du royaume était Kanech, comme nous l’apprennent les pièces d’archives en caractères cunéiformes assyriens; cette localité, sise près de Kayseri, s’appelle de nos jours Kültere. La civilisation de Hatti traverse une phase de transformation aux environs de l’an 1900 av. J.-C., avec l’arrivée des Nesa dans la région; de la fusion de ces deux peuples naquit la civilisation hittite qui pendant sept siècles étendit son influence sur tout le Moyen Orient. Les dynasties royales hittites furent à la tête d’un véritable empire qui lutta contre Babylone et les rois des Mitanni pour rejoindre les frontières de l’Egypte des pharaons. Après le déclin des Hittites, au XIIIe siècle, sous la poussée et l’invasion de nouveaux peuples, la Cappadoce devint un royaume fédéré, dit de Tabal. Partagée ensuite entre les Lydiens au sud et les Mèdes au nord, elle fut constituée en satrapie persane à la moitié du VIe siècle av. J.-C.
En 404 et 362 av. J.-C. les habitants se soulevèrent en vain contre l’empire qui fut attaqué par Alexandre le Grand de Macédoine. Celui-ci réprima une révolte de cette région en 332 av. J.-C. mais à sa mort, après les luttes entre diadoques, Ariartes II fonda le royaume de Cappadoce qui dura jusqu’à la fin du IIe siècle av. J.-C. C’est enfin Rome qui prit pied en Anatolie et annexa définitivement la région en 66 av. J.-C. Une province fut créée ici qui eut une grande importance pour le contrôle des frontières et les luttes politiques intestines de l’empire romain. Les découvertes archéologiques ayant trait à cette époque mettent en évidence le poids attribué à la présence militaire, comme le fait, par exemple, la réunion de plusieurs citadelles. Il ne fut pas possible toutefois d’endiguer la pression des Sassanides ni celle des Goths, qui y fit suite, au IIIe siècle ap. J.-C. L’annexion à l’Empire Romain d’Orient en 396 favorisa la christianisation totale de la région. Malgré la pression des Arabes au VIIIe siècle, les populations locales restèrent solidement fidèles au christianisme et toujours en rapports étroits avec l’autorité centrale à Byzance. Les communautés religieuses eurent une activité particulièrement intense, en liaison avec les mouvements qui prônaient une vie spirituelle nourrie aux sources d’un ascétisme de haut niveau. C’est ainsi qu’essaimèrent des groupes de religieux à la recherche de lieux de retraite isolés dans la Cappadoce où ils se servirent des formations géologiques typiques de la région en guise de monastère. Les premières églises rupestres furent creusées dans le rocher par les moines eux-mêmes, comme saint Siméon Stylite qui construisit une cellule pour s’y enchaîner; d’autres constructions suivirent, plus belles et plus articulées, surtout après la fin des luttes des iconoclastes. En effet ces derniers voulaient éliminer les excès relevés dans le culte des saintes images et leur mouvement provoqua un retour à une spiritualité plus raffinée qui persista au-delà du terme mis à la destruction des images. Les ensembles de la zone de Göreme, par exemple, sont une manifestation tangible de cette spiritualité, pleine d’attrait, où domine la dévotion au Christ et aux saints, exemples vivifiants pour le fidèle et modèles de vie. L’insertion d’édifices complexes à l’intérieur des rochers abrupts s’avéra certes difficile mais les constructeurs réussirent à réaliser des monuments dont l’architecture est d’une élégance sans pareille. Ils s’inspirèrent des églises élevées dans les villes byzantines, en transposant leurs structures, l’esprit tourné vers leurs valeurs spirituelles. Les peintres ne furent pas moins habiles: à l’intérieur de chapelles obscures ils ornèrent les murs de fresques concernant surtout des épisodes de la vie du Christ. Ces artistes ne travaillèrent pas seulement en Cappadoce: ils accomplirent une pérégrination artistique à travers tout le Moyen-Orient. Ils couvrirent de couleurs vives et d’innombrables effigies de saints les voûtes des édifices religieux, créant un style propre, réduit à l’essentiel, qui a une valeur symbolique hautement suggestive. L’influence des mosaïques de la même époque, qui se trouvaient dans les basiliques des capitales d’Orient et d’Occident, fut tempérée par les exigences spirituelles des moines locaux plutôt tournés vers la métaphysique. Toutefois les Seljoukides et particulièrement le plus grand d’entre eux, Alaeddin Keykubat, constellèrent la Cappadoce de mosquées merveilleuses et de caravansérails pour protéger le réseau des routes des caravanes. Leur suprématie, instaurée au XIe siècle, fut à l’origine d’un essor économique, dû à l’exploitation des routes intérieures de commerce, et artistique, comme le montrent les très nombreux monuments de belle façon auxquels l’art musulman n’a jamais cessé de se référer. La puissance des Seljoukides prit fin dans les dernières années du XIIIe siècle, sous la poussée des Karamanğullares et, après la régence d’Eretna Bey (1352) ceux-ci devinrent peu à peu les plus puissants. Après plus d’un siècle, au cours duquel les Eretna oğullares et les Karamanğullares érigèrent des monuments importants et restaurèrent des forteresses dans une partie de la Cappadoce, l’empire ottoman réussit à soumettre progressivement toute la région. Celle-ci connut enfin une longue période de paix, en raison de sa position protégée à l’intérieur des terres, mais ni les arts ni l’économie ne furent florissants. L’empire ottoman a duré jusqu’au début du XXe siècle et a été renversé à la suite de luttes intestines qui ont amené la formation de la République en 1923, donnant ainsi naissance à la nouvelle Turquie.

Fermer

Autre Turquie : les meilleures destinations de vacances

0 avis sur les hôtels Autre Turquie avec une note moyenne de 0 sur 6

0 5
Maritta
27 avis publiés
En Couple, 61-65 ans
Un hôtel en ville, avec un personnel antipathiqueHôtel non recommandé
Hotel Grand Öztürk in Nevsehir, Autre Turquie
2,8
Soleils
/ 6
... aimable. Peut-être qu'après la conversion en euro de la Turquie, cela va changer. ... Hotel Grand Öztürk L'hôtel est situé en ville, donc cela à avoir avec les prix des boissons. La ... nourriture était quand même très différente. La variété des plats était minime. Malheureusement, la ... nourriture n'était pas très chaude. Durant notre courte durée de 3 jours, le personnel était très peu ... Continuer à lire l'avis
Séjour en novembre 2012 - Lu 265 fois - 0% utile

Onur
22 avis publiés
Entre Amis, 26-30 ans
Bruxelles, Belgique
Excellent hôtelHôtel recommandé
Hilton Hotel Bursa Convention Center & Spa in Bursa, Autre Turquie
5,5
Soleils
/ 6
... Hilton Hotel Bursa Convention Center & Spa Nouvel hôtel de la chaine Hilton en Turquie. Très ... moderne. Très spacieux. Chambres fonctionnelles avec salle de bain de grande qualité (céramique de Nicée ... ). Spa dans l'hôtel excellent avec piscine avec vue. Seul petit bémol : excentré, il faut une voiture ... ou un taxi pour rejoindre le centre ville. ... Continuer à lire l'avis
Séjour en mars 2013 - Lu 262 fois

Silvia & Manfred
1 avis publié
En Couple, 51-55 ans
Hôtel 4 étoiles décevantHôtel non recommandé
Hotel Altinoz in Nevsehir, Autre Turquie
3,4
Soleils
/ 6
... Hotel Altinoz Pour 14 jours de vacances en Turquie, l'hôtel 4 étoiles dans lequel nous étions était ... décevant. L'atmosphère était lourde. Le mobilier était usé. Le personnel était peu aimable sauf le ... barman et il ne comprenait pas et ne parlait pas l'allemand. La salle à manger était très petite. La ... propreté des tables de la salle à manger laissait à désirer. Le matin, il y avait encore les ... Continuer à lire l'avis
Séjour en avril 2013 - Lu 560 fois

Anne
1 avis publié
En solo, 41-45 ans
Versailles, France
Facturation des repas très chère, accueil sympaHôtel non recommandé
Dort Mevsim Hotel in Pamukkale, Autre Turquie
3,7
Soleils
/ 6
... plat et une bouteille d'eau de 1,5l. Prix d'un repas complet de qualité partout ailleurs en Turquie ... Dort Mevsim Hotel accueil sympa, serviable pour les destinations ne dépassant pas 5km, se fait ... payer normalement pour le reste, mais ne peuvent s'empêcher de vous envoyer chez tous les vendeurs du ... coin : tapis, bijoux,...en disant que c'est la famille qui va vous faire des prix !!!! les trucs des ... Continuer à lire l'avis
Séjour en juin 2013 - Lu 63 fois

Petra
1 avis publié
En Couple, 46-50 ans
Pas de recommandationHôtel non recommandé
Kemal's Guesthouse in Göreme, Autre Turquie
2,5
Soleils
/ 6
... devions trouver une autre chambre et ensuite nous sommes partis le lendemain. Plus jamais dans cet hôtel. ... Kemal's Guesthouse Possiblité d'utiliser le téléphone tous les 3 jours. La chambre dans la suite ... est minuscule. Il y fait trop chaud. Lors de la réservation de l'hôtel, on n’a eu aucun commentaire ... . Après 9 heures de route, nous n'avions pas passé une soirée très heureuse avec dans une chambre avec ... Continuer à lire l'avis
Séjour en janvier 2014 - Lu 22 fois

// EULERIAN // TEDEMIS

 
International

Si vous envisagez de partir en vacances dans la région Autre Turquie, n'hésitez pas à rechercher des hôtels Autre Turquie, Turquie sur HolidayCheck, afin de bien préparer votre voyage.


© 1999 - 2014, tout droit réservé.
Region index
"Holidaycheck.fr utilise des cookies.Cliquez ici pour plus d'informations et pour savoir comment changer vos paramètres. En utilisant notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l'utilisation des cookies sur Holidaycheck.fr